Griffes d'Annette

Souviens-toi, la Bourgogne rouillée, trempée, affichait parfois des airs de rentrée… si, si… Range un peu tes regrets…

Nous ne sommes pas le 26 février ; however, we have an endless heavy rain and Tchoupi is pulling her face !!!

Météo obstinément déprimée : je ferais bien des courses de rentrée, oui mais, oui mais…

(photos prises au Grenier à Sel, à Avallon, en Bourgogne un autre jour de pluie…)

Plus particulièrement : qu’est-ce qu’un lieu ?
Qu’est-ce qui fait qu’en un lieu… on ait dressé un temple, transformé en chapelle plus tard : sinon la présence d’une source et le sentiment obscur d’y avoir trouvé un centre ? (…) On cesse enfin d’être désorienté. Sans pouvoir l’expliquer entièrement ou le prouver, on éprouve une impression semblable à celle que donnent les grandes architectures ; il y a de nouveau communication, équilibre entre la gauche et la droite, la périphérie et le centre, le haut et le bas. Murmurante plutôt qu’éclatante, une harmonie se laisse percevoir. Alors, on n’a plus envie de quitter cet endroit, de faire le moindre mouvement ; on est contraint, plutôt porté au recueillement. Cet enclos de murs effrités où poussent des chênes, que traverse parfois un lapin sauvage ou une perdrix, ne serait-ce pas notre église ? (…)
Cette pensée des lieux n’est pas une simple rêverie de poète rustique, de déserteur ; de plus en plus nombreux sont ceux qui les cherchent sans même s’en rendre compte harcelés qu’ils sont par une existence absurde ; là seulement, ils se reprennent à respirer, à croire encore possible une vie plus humaine, et qui vaille la peine, toutes les peines que donne la vie. Ils y viennent d’instinct comme les bêtes à l’abreuvoir.

Philippe Jaccottet

Mes chats s’ennuient de leurs amis du Morvan, Vulpe, Fox et Goupil…

Quand tout interagit… je crois…

On peut y passer ses vacances à 2 ou 3 lutins… mais l’adresse, je la tiens secrète (sauf peut-être un jour pour Tartefine…) car je suis un peu peau de vache…

Parce qu’ils ont choisi de vivre là, parce qu’ils aiment les chats, les fromages et les vins de Bourgogne, parce qu’ils savent tout faire (construire, rénover, chanter, cultiver, élever les poules, faire du miel…), parce qu’ils lisent Kaizen et “qu’ils renouent avec le temps, l’espace, le silence, les sens, l’humilité, le beau”, je voudrais les voir beaucoup plus souvent. Ils s’appellent Robert et Ronald et habitent le Boulard près de Saulieu.

"Fraîcheur. Là pourrait être le secret, le foyer." 

(Eté 2014, Vezelay, Moux en Morvan, Avallon - photos personnelles : non, il ne s’agit pas d’un numéro hors-série spécial Bourgogne de Maisons et Jardins !)

Mais s’il y a tant de terrasses, de balcons, de tonnelles, de pergolas, c’est bien que le soleil se présente parfois… ?

(Moux en Morvan, Semur en Auxois, Vezelay)

"Vivre au bord du lac (…), suivre le lever du soleil (…), crois-moi Jérôme, c’est un spectacle trop beau, on ne fait rien d’autre que regarder, on n’est pas bon pour le travail, on est saisi par une flemme infinie. J’avais besoin, tu te souviens, d’âpreté, d’austérité…"

Jacques Chessex à Jérôme Garcin (“Les livres ont un visage”)

Eté 2014, Mallerin et Moux en Morvan (58)